PERM DE COUFLENS : RAPPORT TRIMESTRIEL

2 novembre 2018

En publiant un rapport trimestriel retraçant les avancées du projet PERM Couflens, nous souhaitons mettre à disposition de la population ariégeoise les informations pouvant concerner toutes les parties prenantes.

Le projet de Couflens en est actuellement à sa phase d’exploration, qui a débuté par différentes études et des travaux de mise en sécurité du site de Couflens. Ces études et travaux préalables vont permettre de commencer l’exploration, dont la démarche s’apparente à une démarche scientifique, en garantissant la santé et la sécurité du personnel qui est une priorité absolue.

 

APOLLO MINERALS ET LE PROJET DE COUFLENS

  • Acquisition à 100% du projet de Couflens

En juin 2018, le gouvernement avait donné l’autorisation à Apollo Minerals d’acquérir Variscan Mines. Cette acquisition a été finalisée ce trimestre.

Apollo Minerals, convaincu de la viabilité du projet, est maintenant propriétaire à 100% du permis exclusif de recherche de Couflens via ses filiales françaises Variscan Mines, et Mines du Salat.

Apollo Minerals étudie la fusion de Variscan Mines et de Mines du Salat afin de simplifier les opérations.

 

LES ACTEURS DU PROJET

  • Création d’emplois locaux

La Société a recruté quatre nouveaux employés locaux, résidants tous dans la vallée du Couserans.

La Société a également engagé plusieurs entreprises locales et régionales telles que Fernandes et Fils, Decades et ATESyn. Elles ont participé aux programmes de sécurité et de construction, concernant notamment la réinstallation de services miniers.

Afin de préparer la campagne de sondage prévue dans le cadre de l’exploration, la société a reçu plusieurs offres d’entreprises spécialisées qui souhaitent y participer. Cette campagne de sondage va permettre de localiser le minerai, de le caractériser et d’évaluer son intérêt. La campagne de forage ne pourra commencer qu’après l’achèvement des évaluations pour la santé et la sécurité à l’intérieur de la mine et fera l’objet d’un Arrêté Préfectoral.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Rencontres avec les parties prenantes

Le directeur général d’Apollo Minerals, Hugo Schumann, et le Président de Mines du Salat Michel Bonnemaison, ont rencontré la nouvelle Préfète de l’Ariège, Mme Chantal Mauchet afin de se présenter, de discuter de la vision à long terme du projet ainsi que des étapes en cours : les travaux de mise en sécurité.

Hugo Schumann a également rencontré le maire de Couflens et le conseil municipal de Couflens le vendredi 26 octobre. Il s’agissait de la première réunion officielle entre Apollo Minerals et le maire. Cette réunion fait suite à la demande de la société. Le but étant d’assurer une communication ouverte et transparente entre la société et la municipalité ainsi que d’acquérir une compréhension approfondie de leurs préoccupations concernant le projet.

Au cours de la réunion, il a été évoqué la question de l’arrêté émis par le maire concernant l’utilisation de la route qui s’étend jusqu’à la mine durant la période hivernale. La Société a proposé d’élaborer une convention collective avec la municipalité afin d’utiliser la route et attend leurs commentaires sur cette proposition.

Le 26 septembre dernier, une cérémonie a été organisée afin de célébrer le début des travaux de mise en sécurité.

Anciens mineurs se tenant à l’entrée de la mine lors de la bénédiction

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours des prochaines semaines, une série de réunions sera organisée afin de présenter le cahier des charges pour la phase finale des évaluations, la tierce-expertise sur l’amiante.

LES AVANCÉES DU PROJET

  • Le programme de mise en sécurité de la mine

Les travaux de mise en sécurité de la mine ont débuté ce trimestre et consistent en la réinstallation des services miniers dans la mine de Salau. Pour l’instant, les galeries de la mine ont été nettoyées, et plusieurs murs et barrières ont été construits pour favoriser la sécurité des employés. De plus, le portail de la mine a été élargi pour faciliter l’accès des camions. À l’exception de la ventilation, tous les travaux du niveau principal 1230, sont maintenant terminés.

Le démarrage des travaux de sécurisation de la mine de Salau avait été autorisé le 14 septembre par un Arrêté Préfectoral. Toutefois, l’autorisation a été contestée devant le Tribunal Administratif de Toulouse qui a statué le 15 octobre dernier en faveur d’une suspension de l’arrêté préfectoral. La Préfecture a choisi de retirer son Arrêté préfectoral et a demandé à la Société de soumettre des documents supplémentaires concernant les mesures prises par l’entreprise en terme de sécurité et de santé. La Société a immédiatement suspendu les travaux et fera parvenir à la Préfète les documents demandés. La Société espère pouvoir reprendre les travaux rapidement dans le but de terminer de sécuriser la mine et commencer les recherches.

Le retrait des transformateurs

8 transformateurs électriques avaient été trouvés au mois de février 2018 dans la mine. Ils devaient être retirés par l’ancien exploitant, BRGM SA au cours des travaux de mise en sécurité pour procéder à la dépollution du site. Le retrait de l’arrêté préfectoral a empêché leur évacuation pour le moment.

  • La campagne de relevé géophysique par hélicoptère

Cette campagne de relevé géophysique héliportée a pour objectif de mieux comprendre les caractéristiques géologiques régionales pour ensuite affiner les cibles de forages. Pour l’instant, 60 kilomètres linéaires de levées géophysiques aéroportées ont été réalisés et la société analyse et interprète actuellement les données collectées.

Cette opération avait été autorisée le 11 octobre 2018 par un Arrêté préfectoral. À la suite d’une contestation de l’arrêté et afin de respecter les restrictions annuelles de survol à compter du 1er novembre, la société a décidé de mettre fin à ce programme par anticipation.

  • Les études d’évaluation des risques

 Dans le cadre du PERM de Couflens, une série d’évaluations des risques pour la santé et la sécurité est en cours. Au cours du trimestre, un vaste programme de cartographie a été mené à l’intérieur de la mine afin de préparer la phase finale des évaluations des risques pour la santé et la sécurité.

La première phase d’études, concernant la qualité de l’air (y compris pour le gaz, l’amiante ou le radon), la qualité de l’eau, les tests de ventilation et les risques d’éboulement dans la mine, a été réalisée. Les résultats ont confirmé la bonne santé de la mine.

La dernière phase d’évaluation des risques vise à réaliser une étude sur la composition des roches présentes dans la mine afin de confirmer ou pas la présence de minéraux contenant de l’amiante. Cette étude permettra de définir les pratiques d’exploration utilisées par la société afin de garantir la santé et la sécurité de son personnel au cours des travaux d’exploration.

La dernière phase d’évaluation des risques sera réalisée par des tiers-experts approuvés par l’Etat, dans le cadre d’une convention tripartite signée entre la société, l’Etat et la Préfecture. Elle débutera après la fin des travaux de mise en sécurité de la mine et fera l’objet d’un Arrêté préfectoral. Tous les résultats seront communiqués de manière transparente à la Commission Locale d’Information, de Concertation et de Suivi (CLICS), à la Préfète et au public.

  • Les études initiales d’impact sur l’environnement

La Société a débuté les études initiales du programme d’Etude d’Impact Environnemental et Social (ESIA) afin de mesurer et d’anticiper les impacts environnementaux et sociaux, positifs et négatifs, du projet de Couflens.

BURGEAP et ATESyn, deux firmes d’ingénierie environnementale, ont été engagée pour effectuer un échantillonnage de l’eau afin d’évaluer l’état actuel des eaux concernées par le projet. Ces études permettront d’assurer le respect des normes environnementales les plus élevées pendant toute la durée des travaux.

Les résultats de ces premières études de l’eau sont en cours d’analyse et seront complétées par d’autres études (sur la faune, la flore, le bruit, la qualité de l’air, les données démographiques…).

Échantillonage des eaux effectué par la société BURGEAP